Synonymes de avorter

Le verbe avorter compte 11 synonymes différents. Il est par exemple possible de remplacer le mot avorter par le mot échouer au sein d’une phrase.

Definitions du mot avorter

  • Accoucher avant terme.
    Les femmes ne se faisaient-elles pas avorter, pour que leurs enfants n'eussent des maîtres aussi cruels ?, MONTESQ., Esp. XXIII, 11.
    La cruelle habitude où sont les femmes de se faire avorter, afin que leur grossesse ne les rende pas désagréables à leurs maris, ID., Lett. pers. 120.
    En parlant des animaux, mettre bas avant le terme. Les brebis avortent fréquemment.
    Fig.
    L'autre avorte avant temps des oeuvres qu'il conçoit, RÉGNIER, Sat. X.
    En parlant des fruits, ne pas se nouer, ne pas venir à maturité. Cette année, presque tous les boutons des poiriers ont avorté.
  • Fig. Ne pas réussir.
    Le projet venant à avorter, LA BRUY., 12.
    Dieu, pour le réserver à ses puissantes mains, Fait avorter exprès tous les moyens humains, CORN., Héracl. III, 3.
    Lui qui sait qu'aussitôt ces tumultes avortent, ID., Othon, IV, 7.
    Voyant d'un temps si court leur puissance bornée, Des plus heureux desseins [ils] font avorter le fruit, ID., Cinna, II, 1.
    Par quel amour de mère Pressez-vous tellement ma douleur contre un frère ? Prenez-vous intérêt à la faire éclater ? - J'en prends à la connaître et la faire avorter, ID., Rodog. IV, 6.
    Tout mon dessein avorte au milieu du succès, ID., ib. II, 8.
    Une disgrâce fit avorter toute sa bonne fortune, ID., Ex. de D. San.
    Il est impossible que ce projet n'avorte pas au milieu de cette confusion, CHATEAUB., Natch. III, 76.
    Venge-toi du forfait que tu fais avorter, ROTR., Bélisaire, I, 2.

Histoire du mot avorter

XIIIe s.
Que honiz soit qui vos porta, Quant ele [votre mère] ne vos avorta, , Ren. 8144. Car foy sans bien ouvrer avorte ; Foy sans bonnes euvres est morte, J. DE MEUNG, Tr. 522. Bien, amour et honeur faut par femme et avorte ; Ja femme n'amera, qui fine amour lui porte, , Chastie-musart.
XIVe s.
Elle avoit eu plusieurs de ses enfans morsnez et abourtez, DU CANGE, abortire. Ne bailleront aucune medecine qui puisse faire abortir, , Ord. des rois de France, t. II, p. 533.
XVIe s.
Ceste semence de raison ne pouvant durer contre les vices survenus, estouffée s'avorte, MONT., IV, 354. Elle rend les arbres par où on la passe steriles, et y fait avorter les fruicts, AMYOT, Aratus, 40. Autrement, ils ne font qu'avorter la terre, et meurtrir les arbres, PALISSY, 25. Par tels efforcements lesdictes meres abortent, PARÉ, t. II, p. 624. Ce breuvage sert aussi de remettre en vigueur la jument qui s'est avortée, O. DE SERRES, 306.